Publié par : La blonde du sport | mars 18, 2010

Pourquoi j’aime Rambo (mais moi pas…)

Je suis probablement la seule membre/membresse de la classe moyenne québécoise urbaine éclairée à avoir un faible pour Bernard «Rambo» Gauthier, vu hier à la télé. Comparé à son odieux patron, Richard «look hitlérien bouffi» Goyette, c’est un Dieu de la communication! Au lieu de cracher sur tout le monde et de parler de «clowneries», notre Rambo a parlé avec son coeur des bons pères de famille qui veulent travailler, il a avoué ses torts («J’en mène large») et comble du «je fais un travail sur mon moi-même», il a promis de ne plus recommencer et de «s’adoucir». Rien à voir avec Goyette. Et vous savez quoi? Il avait probablement pas un «faiseux d’image» et autres gestionnaires de crise à la Mirador pour le conseiller. Seul au monde, Rambo (quoiqu’il y avait  sa gang à casquettes derrière lui, ça j’ai moins aimé). Et quel look! Un genre de mélange autochtone-blanc-gars-de-la-construction-prof-de-Harvard!

Diane: Désolée Martine, mais pour ce coup-là tu es toute seule. L’histoire de Rambo, elle est cousue de fils blancs. Et qu’est-ce qui te dit qu’il n’avait pas, lui aussi , les services de Mirador? Les « faiseux d’images » travaillent sur toutes sortes de dossiers et ils connaissent tous les trucs. Et puis, regretter et s’excuser c’est la mode, pense à Tiger…

Martine: Oui mais Rambo avait vraiment l’air de regretter, pas Tiger… Et aucun «faiseux d’images» ne peut travailler ce «parler vrai». C’était spontané, j’en suis certaine. En t’lé cas, parlant de gars de la construction, j’ai reçu aujourd’hui la visite de Monsieur Clôture, qui est, de très loin, le meilleur des nombreux menuisiers-ébénistes-rénovateurs-hommes-à-tout-faire que j’ai eus. C’est lui qui a bâti, avec brio et SOUS les coûts prévus, ma terrasse il y a quelques années.

Diane: Il est vrai que tu as généralement la main heureuse avec les gars de la construction… à part celui qui avait peint les murs de la chambre de M. en UNE semaine sous prétexte qu’il était minutieux. Au fait, comment ça s’est terminé?

Martine: Sans commentaire, celui-là avait un sale caractère en plus d’être pseudo-minutieux… Faut dire que j’ai un long historique dans le registre hommes à tout faire. Monsieur Baignoire, Monsieur Plafonds, Monsieur Peinture, Monsieur Jardin, Monsieur Murs démolis, Monsieur Hangars démolis, Monsieur Électricité, Monsieur Plomberie, Monsieur Planchers de bois francs, Monsieur Clim-à-arracher-trous-à-reboucher, Monsieur Armoires et j’en passe. Quelques décérébrés, un ultra-autoritaire, un jaloux, un gaffeur en série (il arrachait les fils du téléphone, le plâtre des murs, et se trompait de couleurs de peinture et c’était MA faute), un hyper-lent, plusieurs alcoolos…

Diane- Lorsqu’on invite systématiquement ses hommes à tout faire à une p’tite bière après l’ouvrage, pas difficile de les traiter d’alccolos…

Martine- C’est du civisme de leur offrir une bière. Mais bon, y’en a quelques uns qui commençaient avant mon invitation… Ils étaient soûls sur l’ouvrage… En t’lé cas, pas facile à gérer, les gars de la construction.

Diane: Moi mon gérant de chantier ET gars de la construction, c’est Bob…

Martine: Est-ce qu’il est facile à gérer?

Diane: Sans commentaires, quand il met sa ceinture à outils, il devient un vrai gars de la construction, c’est-à-dire qu’il travaille à son rythme, à ses heures, sur ce qu’il veut… Je ne peux pas me plaindre, je ne le paye pas…

Martine: Même quand on les paye, c’est pas conseillé de chialer… À moins d’avoir un gars comme Rambo Gauthier de son côté… Tu comprends pourquoi je le trouve formidable?

Sujet pas rapport

L&M sont officiellement devenues des «Chattes aînées» (plus de sept ans pour les félins) et j’ai dû adapté leur nourriture en conséquence. Mais elles restent jeune de coeur et d’esprit, c’est ce qui compte.

Diane: Je vais vomir…

Sujet pas rapport 2

L’autre soir, j’ai été surprise en flagrant délit de  « beau lunch » par F.  Je suis dans la cusine en train de vider mes petits plats  Tupperware . Dans l’un d’eux il reste un mini-biscuit sablé  pas mangé. F. entre dans la cuisine le prend ledit biscuit dans sa main gauche:

-C’est quoi ÇA?

-Un mini-biscuit sablé.

-T’avais ÇA dans ton lunch, comment ça????

-C’était mon dessert avec ma compote de pomme.

-T’as pas le droit! J’en ai même pas eu, t’as mis ÇA dans ton lunch dans notre dos à É et moi. Nous on avait juste de la compote.

-Ouin pis? Pis je vais le faire encore!

Publicités

Responses

  1. Encore une fois, les faiseux d’image ont le dos large.

  2. Vous fumez quoi les filles! Vous êtes folles!

  3. Viens à un de nos mercredis soirs et tu verras…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :